Homélies

Bible ouverte

| 12e dimanche A | 13e dimanche A |

12e dimanche A


25 juin 2017

Imprimer l'homélie

Ne craignez pas ! Jésus sait qu’il est n’est jamais confortable de parler de Dieu. Comme Jérémie, ceux qui s’engagent à sa suite, loin de connaître  la sympathie et les encouragements, devront subir  l’épreuve, l’incompréhension, les moqueries et même la persécution. Pourtant, il nous redit comment dominer cette crainte qui prend à chaque époque de nouveaux visages. On peut s’aventurer sur tous les sujets, les plus futiles ou les plus scabreux, avec orchestration des médias, mais gare à celui qui rappelle les exigences de l’évangile ! Oser parler de Jésus est devenu un acte de courage.

Ne craignez pas les hommes, nous répète Jésus. Les hommes ne peuvent atteindre en nous que la vie terrestre, le corps. Mais aucune puissance humaine n’est capable de détruire ce qui fait notre valeur véritable, l’espérance de la vie éternelle, l’âme. Le persécuté est plus grand que son persécuteur. Le torturé est plus grand que son bourreau. L’assassiné est plus grand que son meurtrier. Etre un paquet de muscle ou d’argent ou de feu plus gros que ceux de l’adversaire, c’est peu. Etre « une âme plus forte », voilà qui compte. « Ne vend-on pas deux moineaux pour un sou ? Or pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille… Soyez donc sans crainte ! Vous valez bien plus que tous les moineaux du monde. » Ne pas craindre, non à cause d’un optimisme béat, qui gommerait toutes les rudesses de la vie, mais à cause d’une confiance en l’amour vigilant de notre Père capable de veiller sur le plus petit passereau.
« Non, ne craignez pas ceux qui tuent le corps, craignez ceux qui peuvent tuer l’âme. » Quelle formule redoutable ! Que veut dire « tuer l’âme » ? Notre seule peur, affirme Jésus, devrait être de perdre la foi. Notre seule crainte devrait être de pas avoir le courage de vivre notre foi, de devenir des « lâcheurs ». Quand on pense aux campagnes télévisées pour sauver des espèces animales, on peut se demander ce que nous devrions faire pour que l’homme ne soit pas avili, détruit de l’intérieur en perdant tout sens pour sa vie.

Notre vie ne peut pas être neutre et notre foi souterraine. Ou bien nous nous prononçons pour Jésus, ou bien nous nous disons contre lui. Et comment ?

D’abord en laissant au Seigneur le temps de m’aimer. En me laissant regarder par Dieu : c’est la prière. Si je reste sous le regard du Père, si je prends réellement conscience que je suis aimé, que peut-il m’arriver de mal ? Quand les détenus d’Auschwitz croisait le père Kolbe, il les encourageait en disant : « n’aie pas peur, la Vierge est là… »

Et ensuite, en pratiquant ma foi. En n’ayant pas peur de me montrer chrétien et d’agir en chrétien devant ceux qui n’en ont rien à faire ou qui ne sont pas d’accord ou qui vous ridiculisent. « Je crois en toi, Seigneur». Cela prend rarement la forme du martyr. Mais cela prend souvent le visage de nos héroïques fidélités, de nos devoirs quotidiens, de nos courages devant ce qui nous arrive.

Haut de page


13e dimanche A


02 juillet 2017
Imprimer l'homélie

Les vacances vont commencer. Et déjà dans la tête et le cœur de chacun, il y a le rêve des voyages et des découvertes de l’été. C’est dans cette ambiance que nous avons à recevoir les paroles de Jésus qui nous invitent à aimer plus, ainsi que la lecture du livre des Rois qui nous montre comment pratiquer l’accueil.

Mais les propos de Jésus sont surprenants et même brutaux. Il utilise des formules lapidaires qui dictent des exigences excessives et inhumaines. « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. » « Qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. » « Qui veut garder sa vie la perdra. »

L’amour vrai est exigeant

Jésus ne cherche évidemment pas à négliger l’amour que nous devons à nos parents. Au contraire, dans un autre passage de l’évangile, il dénonce l’hypocrisie de certains pharisiens qui, sous prétexte de servir Dieu, privent leurs familles de leur héritage légitime. (Marc 7, 11-13). Dans ce passage, il nous invite à aimer nos proches, non point selon les critères de la terre, mais à la manière de Dieu. Cette façon d’aimer nous la découvrons dans la lettre aux Romains : « Pensez que vous êtes morts au péché, et vivants pour Dieu en Jésus Christ ». Par le baptême, nous mourons au mal, pour ressusciter à une vie nouvelle.

Et dans le domaine des affections familiales, adopter un comportement nouveau c’est aimer dans l’ordre. Il y a des hiérarchies dans l’amour. Il n’y a pas d’amour vrai sans des choix exigeants. Nous admettons tous qu’il est anormal d’aimer plus sa voiture que sa femme, de préférer son chien à son enfant ou la télévision à un dialogue familial ! Quand Jeanne d’Arc commente l’exigence de Jésus par sa phrase célèbre « Messire Dieu premier servi ! » , elle nous donne une des lois les plus importantes de l’amour. En aimant Dieu par-dessus tout, on donne à tous ses autres amours leur fondement solide.   

L’amour vrai est accueillant

Nous avons toujours tendance à nous évader dans de belles idées. Jésus, lui, ramène toujours  au concret et à la simplicité. Il parle d’ « accueillir », de « donner un simple verre d’eau fraîche ». La femme de Sunam invitait le prophète Elisée « pour qu’il vienne manger chez elle ».(2 Rois 4, 8). Dans notre monde d’anonymat, ces simples gestes d’hospitalité ne sont pas si faciles. Accueillir l’autre et se laisser accueillir par lui, ouvrir sa porte et ne pas fermer son coeur : ce ne sont pas là des actions d’éclat, mais des gestes modestes qui sauvent le monde. « Il n’y a pas de petits rôles, il y a de petits comédiens », disait la grande tragédienne du début du siècle dernier, Sarah Bernhardt. On pourrait transposer en disant : « il n’y a pas de petits gestes, il n’y a que de petits esprits. » Le moindre comportement, lorsqu’il est rempli d’amour, a une valeur d’éternité. Voilà une « bonne nouvelle » pour nos vacances d’été.

Haut de page