Homélies

Bible ouverte

| Fête de l'Ascension | 7e dimanche de Pâques A |

Ascension du Seigneur


25 mai 2017
Imprimer l'homélie


Coincée entre Pâques et Pentecôte, célébrée en semaine au mois des communions, l’Ascension risque de passer un peu inaperçue. Ce serait bien dommage, car le mystère qui y est célébré est très vivifiant. Jugeons sur pièces.

Une nouvelle présence

L’Ascension nous apprend d’abord à ne pas mettre la main sur Jésus. Le Christ échappe aux disciples, il échappe aussi à nos mainmises possessives et égoïstes. S’il esquive ainsi nos griffes, c’est pour nous obliger à croire en sa nouvelle manière d’être présent. L’Ascension nous découvre le sens profond de l’Eucharistie. Jésus n’a plus à être à nos côtés puisqu’il veut être en nous. Il n’a plus à être notre compagnon de route, puisqu’il est notre force pour marcher. Il n’a plus à être un copain que l’on peut embrasser et toucher, puisqu’il devient notre vie. Il n’a plus à être vu puisqu’il devient notre regard. Il n’a plus à être notre ami puisqu’il est devenu notre force d’aimer. Il n’a plus à être notre interlocuteur, puisqu’il est devenu notre parole, plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes.

Jésus monté aux cieux, nous plante solidement en terre. Nous sommes, désormais, son unique présence auprès de nos frères. Accueillons la joyeuse mission qui nous est donnée en cette fête. « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création... » Jésus, par nos mains, nos yeux, nos lèvres, nos pieds et notre coeur, veut, par nous, continuer sans cesse continuer à aimer, à rencontrer et à sauver tous les hommes.
Une destinée fabuleuse

L’Ascension du Seigneur est l’achèvement de son Incarnation. Saint Athanase, que nous avons fêté il y a quelques jours, rappelait avec force que « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu.» Par la venue du Fils de Dieu dans le monde, c’est tout le cosmos, tout le monde des vivants et tout le peuple des humains qui sont épousés par Dieu.

Ce mystère de prise en charge de l’homme par Jésus va, de Noël où il a commencé, en s’approfondissant. Il se creuse dans le scandale  de la croix où le Fils a pris sur lui toutes nos détresses et nos folies. Il éclate en résurrection, le triomphe de la vie sur toute mort. Il s’accomplit enfin dans l’Ascension.

En rentrant dans le sein du Père, mais avec tout son poids de chair et d’humanité, Jésus nous divinise. Il nous fait partager l’amour de Dieu. Et avec nous, tout l’univers est transfiguré, car nous sommes composés de « poussière d’étoiles » selon le titre d’un bel album de l’astrophysicien Hubert Reeves. Le pape saint Léon écrit cette phrase lumineuse : « L’Ascension du Christ est notre promotion. »

Dans ce grand corps que forme le Christ total, la tête est déjà dans les cieux. Les membres bénéficient déjà de ce bonheur divin dans laquelle elle baigne. C’est la fête de l’espérance. Car là où la tête est passée, là aussi le corps tout entier passera.

La mission peut commencer. Elle est la joie d’annoncer au monde sa plus belle destinée.

Haut de page


Septième dimanche de Pâques A


28 mai 2017

Imprimer l'homélie

Dans l’espace ouvert par le départ de Jésus lors de l’Ascension, s’ouvre le temps d’une attente priante. La mère du Seigneur était là, au milieu des onze et quelques femmes. C'était elle qui veillait par sa présence au berceau de l'Eglise comme elle le fut sur celui de Jésus son Fils. Avec elle, la continuité entre le temps de Jésus et le temps de l'Esprit est fidèlement assurée, comme cela a été en elle depuis toujours:" Elle gardait tous ces événements dans son cœur. « Tous, unanimes, assidus à la prière... » c'est la réalisation du vœu que le Seigneur a formulé dans sa dernière et longue prière avant la Pâques. « Qu'ils soient un, Père, comme Toi en moi et moi en Toi. »

Il est bon, le rappel de ces longues heures de prières et de contemplation que revient et revit dans leur cœur et leur esprit, la mémoire de la vie du Seigneur, de tout ce qu'il a dit et enseigné, de son comportement vis à vis de son Père, de sa présence au milieu des hommes. La mémoire est en train de se former, à leur intérieur, en un témoignage que nous appelons maintenant l'Evangile. St Jean a placé cette prière à un moment précis, à la fin du repas de Jeudi Saint. En réalité‚, Elle est prononcée, vécue, entre ciel et terre, entre le temps et l'éternité : Jésus parle alors qu'il est encore de ce monde et en même temps comme s'il a été déjà dans le Père. Il nous fait participer à l'infini de sa tendresse d'enfant à ce lien unique, profond qui l'unit à son Père. Le nom de « Père » monte continuellement de son cœur au rythme de sa respiration. C’est maintenant l’ Heure fixée par le Père à son Fils pour revenir vers lui, pour recommencer de vivre ensemble mais avec tous les nouveaux « enfants de Dieu » que le Christ ramène dans son sillage pour participer à la vie même de Dieu.

 Dans un poème très fort, le Chant de la divine merci, Marie Noël exprime splendidement ce retour du Fils au Père, entraînant à sa suite tous les hommes qui osent lui faire confiance.

« (…) Tenez vos portes ouvertes,
Pour que je ramène ici
Ces pauvres âmes désertes
Et ces pauvres corps transis,

Préparez la grand-lumière,
Préparez le feu, la paix,
Pour que sitôt la dernière
Sueur versée, à jamais,

Tous ensemble, eux, moi, Vous, comme
Des frères au même lieu,
Ils se reposent d'être homme,
Et nous, Père, d'être Dieu ».

Tous ceux qui lui sont donnés par le Père,- cette fraction de l'humanité qui croit et fait confiance -, ont gardé sa Parole en croyant que c'est Dieu qui a envoyé Jésus. Mais Jésus semble ressentir leur fragilité, notre fragilité. Comme ils ont besoin de sa prière ! « Moi, je prie pour eux. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, car ils sont tiens ». Il prie avec insistance pour ses disciples qui appartiennent tant au Père qu'au Fils, qui sont leur bien commun. Tout fragiles qu'ils soient, ils sont la gloire du Père et du Fils.

« Et moi, je viens vers toi », conclut-il. Jésus parle comme si, sa Passion accomplie, il avait quitté le monde et rejoint son Père dans la gloire. Son « je viens vers toi » est déjà le cri du Ressuscité, le cri de bonheur du Fils rentrant à la maison après avoir si bien travaillé dans les champs du monde. Oui, laissons-nous introduire par Jésus, dans l’Esprit, en la vie trinitaire !

Haut de page